+1 819-461-6285

La phobie sociale ou anxiété sociale pathologique se caractérise par une perturbation du fonctionnement social, permanente ou répétée avec crainte ou évitement excessif des étrangers. Le trouble interfère de façon significative avec les relations sociales.

« La peur essentielle de la personne souffrant de phobie sociale est celle d’être humiliée ou soumise au regard critique, accusateur ou dévalorisant d’autrui. Typiquement, la personne craint d’être embarrassée par des tremblements des mains ou de la voix qu’on pourrait remarquer, une rougeur qu’on pourrait voir, ou tout autre signe d’anxiété qui pourrait la faire paraître faible, folle ou stupide. »

(source : Troubles anxieux, trouble panique et phobies in Psychiatrie clinique : une approche bio-psycho-sociale, Lucie Fortin, Gaëtan Morin éditeur, p. 346)

La personne qui souffre de phobie sociale s’inquiète de ses interactions sociales et cherche souvent, fort adroitement, à les éviter.

Les phobies sociales les plus fréquentes sont de parler devant un groupe, d’entretenir une conversation, particulièrement avec une personne inconnue, ou encore de parler avec une personne d’autorité. D’autres personnes souffrant de phobie sociale éprouvent plutôt de la difficulté à parler au téléphone, à manger ou boire devant des personnes qui les regardent ou à participer à des activités où il pourrait y avoir un auditoire, telles que les activités sportives ou les concerts.

Au quotidien, la phobie sociale se traduit souvent par une timidité excessive qui empêche de sentir à l’aise avec d’autres personnes, surtout des inconnus, mais les proches également. Il est ainsi possible d’avoir peur de parler au téléphone, de prendre un rendez-vous, d’aller chez le garagiste, d’interagir avec autrui d’une façon générale. Le temps consacré aux moyens de communication virtuel est privilégié pour satisfaire le besoin de lien sociaux.